Roselyne PROUST

Coach Thérapeute -

Maître-Praticienne NERTI

77250 VENEUX-LES-SABLONS

SIRET : 53051733300023

Pour prendre rendez-vous

06 78 77 39 38

JE SUIS TROP SUSCEPTIBLE !


Vous vous sentez souvent attaqué par des remarques que vous percevez comme négatives et vous avez tendance à réagir de façon excessive ?

Alors lisez cet article !

Qu'est-ce que la susceptibilité ?

La susceptibilité est une hypersensibilité liée à l’image de soi".

Nous sommes tous plus ou moins susceptible, tout dépend de notre sensibilité.

Est susceptible celui qui est très sensible dans son amour-propre. Au cœur de cette disposition à s’offusquer facilement se trouve une fragilité narcissique.

Il se peut qu’enfant vous ayez déjà eu tendance à vous vexer facilement et à “bouder” dans votre coin. A l’âge adulte, vos réactions sont sans doute moins puériles mais toutes aussi excessives...

Généralement, la personne susceptible accuse l’autre de la critiquer, de mal lui parler, d’être négatif envers elle. Elle peut alors se braquer, sur-réagir verbalement et faire la tête...comme un enfant !

La personne susceptible épie tout ce qui peut évoquer le rejet ou la remise en question de ses capacités. Ensuite, elle donne un sens négatif aux signaux qu’elles perçoit, même s’ils sont neutres.

Elle se sent en incapacité d’utiliser des stratégies adaptées aux situations qu’elle rencontre. Son attitude boudeuse et son agressivité l’empêchent souvent de réagir efficacement avec sérénité.

A la moindre vexation, un susceptible a le sentiment de n’être plus rien. Les soit-disant reproches deviennent blessants s’ils expriment ce que s’adresse à elle-même la personne visée.

Plus l’autre appuie sans le savoir là où ça fait mal,

plus la réaction est violente !

Exemple :

Quelqu’un qui ne se prend pas pour un égoïste se fichera d’être traité d’égoïste.

En revanche, si c’est un reproche que la personne susceptible se fait déjà inconsciemment, elle en sera profondément vexée car elle aura le sentiment d’avoir été dévoilée avec l’impact d’une simple parole.

“N’y a-t-il pas que la vérité qui blesse ?”

D’où vient votre susceptibilité ?

3 origines à la susceptibilité :

  • La timidité : le manque d’estime pour soi

  • Une personnalité narcissique : penser être supérieure aux autres et mériter un traitement de faveur

  • La paranoïa : se sentir persécuter

Quelque soit votre profil, le résultat est la souffrance.

La personne susceptible a une faible estime d’elle-même et est en quête de reconnaissance, d’approbation et d’amour.

Une parole ou un geste mal interprété, une projection négative sur une présupposée attaque à son encontre… et hop ! c’est parti pour une rumination en boucle. La personne susceptible ne s’aime pas et a besoin des autres pour compenser son non-amour pour elle.

Or, lorsqu’elle se vexe trop souvent, elle reçoit peu d’estime et de reconnaissance des autres et se trouve alors dans un cercle vicieux et sa frustration en devient presque légitime.

Quelles en sont les conséquences ?

Être en relation avec une personne susceptible oblige ses interlocuteurs à “marcher sur des oeufs”, à se justifier de ne pas avoir voulu dire ceci ou cela… à prendre des pincettes pour s’exprimer. Avec des paroles mal interprétées, la communication devient difficile.

Conseils à l'entourage :

Rétablissez la communication ! “Depuis tel événement tu ne me parles plus, tu sembles triste et ça me fait de la peine de te voir comme ça. Es-tu d’accord pour en parler ?”

En allant vers la personne blessée, vous lui confirmerez qu'elle compte à vos yeux.

Comment vous en libérer ?

La plupart des personnes susceptibles sont persuadées de ne pas l’être. Or, pour se débarrasser de sa susceptibilité, il faut d’abord en prendre conscience et dédramatiser.

Si vous avez tendance à être susceptible, exprimez sincèrement votre ressenti, mettez des mots sur ce qui vous a blessé, expliquez à votre interlocuteur que vous êtes une personne sensible aux remarques et que pour cette raison vous pouvez vous sentir facilement heurté.

En étant transparent dans vos relations, votre entourage sera plus tolérant et vous comprendra mieux.

Apprenez à recevoir les critiques

Si une remarque vous blesse, plutôt que de sur-réagir et de tout rejeter en bloc, prenez du recul et faites l’effort d’écouter, de réfléchir avant d’interpréter négativement.

En effet, certaines critiques sont le plus souvent constructives et ont pour but de vous faire avancer. Prenez le temps de la réflexion et échangez calmement votre point de vue avec votre interlocuteur.

Essayez l’autodérision

Le drame des hyper-susceptibles est qu’ils n’arrivent pas à rire d’eux-mêmes, parce qu’ils sont envahis de honte ou de culpabilité et ont un fort sentiment d’infériorité (ou de supériorité, ce qui revient au même car si vous pensez être le meilleur, tout ce qui vous rappelle que vous êtes un parmi d’autres vous fait souffrir).

En pratiquant l’autodérision, vous constaterez que l’on peut plaisanter sur soi et que l’on n’en meurt pas, ça vous aidera à relativiser les choses.

Faites la différence lorsqu’on vous lance une petite vanne sympa ou un pic ! Vous seul êtes responsable de son interprétation et de la façon dont vous recevez les choses.

Si vous vous sentez agressé, le mieux est de réagir avec humour et de faire appel au “second degré”. Si vous avez l’impression de manquer de répartie, souriez tout simplement. Faites “comme si” tout était parfait.

Vous verrez que vous vous sentirez mieux car vous aurez le contrôle et vous serez ravi de participer à ce jeu des relations sociales en instaurant une atmosphère détendue. Votre interlocuteur sera soit désemparé, soit heureux de votre réaction sympa !

Exemple :

Un collègue vous dit “ça va, t’es pas trop fatigué par le boulot”.

Soit vous vous interprétez qu’il pense que vous êtes fainéant, soit vous vous dites que lui-même est fatigué et c’est pour cela qu’il vous pose la question.

Enchérissez avec humour et répondez-lui “Pourquoi se tuer au travail quand on peut mourir de plaisir !?” :-)

Canalisez vos émotions pour modérer vos réactions

Prêtez attention à votre fonctionnement psychique et, dès que vous vous sentez touché au vif, pratiquez l’expression de vos émotions.

Dites ce que vous percevez, exprimez ce que vous ressentez, dialoguez et demandez des explications à la personne qui vous a fait souffrir.

Tenez-vous en aux faits : « Que se passe-t-il exactement ? » « Pourquoi me dis-tu ça ? » « Que me reproches-tu concrètement ? »

Pour éviter d’interpréter à mauvais escient une remarque ou un geste, vérifiez toujours si votre perception est justifiée et échangez calmement avec votre interlocuteur.

“J’ai l’impression que tu ne vois pas la quantité de travail que j’assume, est-ce que je me trompe ?”.

Faites une séance NERTI

Si votre susceptibilité vous rend la vie vraiment impossible, si votre blessure narcissique est profonde, ayez recours à une séance NERTI pour vous libérer de votre hyper-réactivité.

NERTI, le Nettoyage Émotionnel Rapide des Traumatismes Inconscient, vous permet de vous débarrasser définitivement de toutes vos hyper-réactivités pour une vie plus sereine et agréable.

Pour en savoir plus : cliquez sur l'image ci-dessous :

Suivez la Formation “REBONDIR”

La formation REBONDIR est un auto-coaching en développement personnel. Grâce à cette formation "en ligne", vous apprenez :

- à mieux vous connaître

- à identifier votre mode de fonctionnement

- à développer votre confiance en vous

- à adopter une attitude positive en toutes circonstances

- à réaliser tout ce qui vous tient à coeur

Pour en savoir plus : cliquez sur l'image ci-dessous :

#HyperRéactivité

37 vues